Good morning Beijing!

Nous avons posé le pied à notre hôtel à 16h le 2 mai (4h du matin à l’heure de Montréal). Ça faisait donc exactement 24 heures que nos vieux corps n’avaient pas goûté l’indicible jouissance de la posture horizontale.

Le changement d’aéroport à New York à lui seul vaudrait un roman. Il nous fallait passer de La Guardia à Newark,  un bout en minibus jusquà Penn Station, le reste dans un train poussif dont on a cru qu’il n’arriverait jamais. Le chauffeur du minibus, un jeune Latino à la casquette de travers, conduisait comme un champion de derby de démolition dans les rues de Manhattan. Et que je double par la droite les taxis jaunes, et que je me faufile entre les cars de touristes, pis t’es mieux de pas mettre ta grosse BMW dans mon chemin. Le tout, en textant sur trois téléphones à la fois, sur fond de salsa sautillante, dans une bonne humeur inextinguible.

Nous sommes arrivés juste à temps pour l’embarquement, pif, paf. La joie de ne pas avoir de bagage à enregistrer, c’est aussi ça. Eussions-nous eu des valises à récupérer à La Guardia, pas sûr que nous serions arrivés à temps.

Nous avons stoïquement supporté nos 13 heures du vol, qui ne nous ont pas paru si longues, en vérité (merci, Immovane), et nous sommes arrivés dans Pékin un peu nazes, mais encore cohérents et capables de prendre le train, puis le métro, jusqu’à notre hôtel. Nous logeons dans un charmant hutong, ces étroites rues des vieux quartiers bordées de maisons basses aux toits de tuiles. Nous sommes allés marcher un peu hier soir, mais la fatigue nous a vite vaincus.  Après un souper commandé par gestes dans un bouiboui coréen, nous sommes rentrés à l’hôtel, où nous nous sommes écroulés sur notre matelas un peu spartiate pour dormir comme des bouddhas millénaires jusqu’à ce matin. 

À l’heure où je vous écris, il fait bon et doux, un soleil pâle perce à travers le smog qui laisse deviner un ciel à peu près bleu, les rues  baignent dans le calme du dimanche. Nous sommes dans un café où nous avons pu satisfaire notre dépendance à la caféine après un très bon petit-déjeuner de je ne sais trop quoi (un genre de porridge de riz aux haricots rouges, un délicieux chausson au porc dont le bouillon a éclaboussé ma robe et un pain vapeur farci à la viande), le tout pour 3,50Y, soit autour de 50cents, si nous avons bien compris — notre chinois n’est pas encore très au point.

Voilà. Nous nous apprêtons à louer des vélos pour aller nous perdre dans le bout de la Cité interdite. Je sens que je vais aimer ce pays.

Zaijian!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s