Bateau de nuit

Nous avons quitté Kapetaniana avec une petite morsure au coeur. Aussi peu que nous l’ayons connue, nous nous sommes attachés à la belle Iphigenia, et je pense que c’est réciproque. Hier, pour sa soeur venue la visiter avec son amoureux, elle avait cuisiné du poulet.  Iphigenia est végétarienne, elle déteste l’odeur de la viande. Elle nous a avoué que le fait de cuisiner du poulet pour sa soeur était un véritable acte d’amour. À son air dégoûté, je l’ai crue sur parole. Quand tout son monde a eu mangé, elle nous a offert ce qu’il restait parce qu’elle n’allait certainement pas le manger. C’était franchement délicieux, comme quoi l’amour sororal peut faire des miracles. Puis elle nous a laissé les clés de la maison parce qu’elle sortait, et nous les avons cachées là où elle nous a dit avant de monter dans notre chambre, toute pleine d’air doux et de sonnailles de brebis.

Louisa, copropriétaire du gîte, est venue hier soir. Elle et son ex-mari sont autrichiens, ils se sont installés là il y a une trentaine d’années. Leurs deux fils, Kostantin et Alexandre, sont nés en Grèce. Iphigenia est la compagne de Kostantin. À eux deux, ils tiennent le fort pendant que les parents règlent leur séparation. Ils font ça très bien. 

Tout ce beau monde fume tel un bataillon de sapeurs pompiers. Puisque les cigarettes sont très chères, la plupart des Grecs roulent leur tabac comme dans le bon (ou pas si bon) vieux temps. Sur les paquets, les mêmes images dégoûtantes de poumons noircis et de dents pourries que chez nous. Bizarre que ça ne dégoûte pas notre belle princesse minoenne… Louisa, qui fume elle aussi comme un engin, explique ça par le stress causé par la crise. 

Enfin.

Nous avons donc embrassé Iphigenia hier matin en nous promettant de rester en contact (merci Facebook) et regagné Héraklion par de petites routes, non sans nous arrêter à Phaïstos, pour voir les ruines d’un palais minoen datant de 1400 ans avant notre ère. Une chance pour moi: c’était le 1er mai, et tout (mais TOUT) était fermé, même les musées (j’ai vraiment une overdose de ruines). Nous avons pu observer de pas très loin l’ensemble du site et, franchement, je vous jure (même Pierre l’a reconnu), c’était bien assez.

Nous sommes maintenant attablés à un café juste devant le Pirée, au bord d’une rue pétaradante et enfumée, après une nuit d’un bon sommeil dans une cabine tout confort à bord du Blue Ocean (joie, joie des voyages de nuit!). Nous sommes frais et dispos, le capuccino est excellent, de même que les biscuits crétois achetés à notre épicière avant-hier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s