Savoir-vivre

Arrivée vers 15h à Munich, hier, après un dîner avec deux responsables de l’aéroport, lequel est, en vérité, certainement le seul au monde où l’idée de tuer quatre heures n’est pas désagréable: boutiques de toutes sortes aux prix du centre-ville, authentique brasserie artisanale avec biergarten arboré dans un immense atrium, resto bavarois pas mal du tout…
Quoi qu’il en soit, avec tout ça, je ne suis arrivée à Munich qu’assez tard en après-midi – trop tard, en tout cas, pour aller voir la pinacothèque, où se trouve la collection de Rubens la plus importante au monde. Au MONDE! Je n’ai pas osé y entrer, je craignais de n’en jamais ressortir.
Je me suis donc contentée d’écumer quelques grands magasins – deux, en fait. Et partiellement. Le premier, Karstadt, doit faire au moins 15 pâtés de maisons. Bon, j’exagère, mais c’est si immense que même moi, championne magasineuse toutes catégories, je me suis découragée. Il faut dire qu’il n’y avait pas de soldes. J’ai ma fierté, quand même.
Après, j’ai échoué aux Galeries Kaufhof, où j’ai éprouvé le même vertige, d’autant plus que là, il y avait quelques soldes, notamment sur les pulls de cachemire. Mais avec mes hormones en grève, que voulez-vous que j’en fasse?
J’ai bien failli craquer pour une paire de chaussures (encore!), mais je me suis retenue – ma valise ne peut plus prendre ne fût-ce qu’un lacet. Je songe d’ailleurs à me renvoyer par la poste quelques trucs dont, dans ce merveilleux climat provençal, je n’aurai plus besoin, histoire de faire de la place.

Enfin.

J’ai donc arpenté la grande rue piétonne qui va de la gare centrale à la Marienplatz, qui grouillait de monde et de vie. Les villes européennes me séduiront toujours pour cela, ce mode de vie si convivial, où les gens se retrouvent à l’heure de l’apéro pour une bière, un café, une glace, emplissent les rues et les terrasses de conversations et de joyeuses interpellations…
Devant un grand magasin, un orchestre de chambre jouait. Avec un piano à queue! Dehors à l’extérieur au grand air sur le trottoir!

Une petite foule s’était massée, attentive, et de temps en temps quelqu’un allait jeter une pièce dans l’étui à violon posé par terre. Un piano à queue, faut le faire, non?
Il y a même des terrasses où l’on met des couvertures de laine polaire à la disposition des clients pour les protéger du froid. J’appelle ça savoir vivre.

Joies du train de nuit
Je dois le confesser, j’avais une hâte terrible de gagner mon compartiment couchette, dans le train de nuit pour Paris. La chef du wagon, une bonne grosse matrone à l’anglais approximatif et d’une gentillesse totale, a patiemment répété à chaque passager le fonctionnement des divers boutons des compartiments, a noté l’heure du petit-déjeuner de chacun, gut nacht, danke shön.

J’ai fermé ma porte, j’ai lu un peu et je me suis coulée avec délices dans de beaux draps blancs amidonnés, où j’ai dormi comme rarement dans ma vie.

Je me suis réveillée au matin, fraîche comme une rose, pour recevoir l’infâme petit-déjeuner gracieusement offert par la Deutsche Bahn – un café dégueulasse additionné de simili-lait, un croissant au gras trans sous cello, de la margarine, de l’ersatz de confiture, un petit pain rassis et une sorte de pâté qui sentait la nourriture pour chiens. On se croirait encore en temps de guerre.

Séduction à la française
Je suis maintenant à Nîmes, dans un très vieux et très charmant hôtel dont la salle à manger fait dans les tapas. C’est là que j’ai soupé, bien tranquillement, en lisant le roman allemand que nous avait conseillé une de nos guides à Schongau.
Un monsieur est venu me raconter toute une salade, comme quoi il me «mâtait» (sic) depuis un moment, et que j’étais très séduisante (!?) et qu’il aurait bien aimé passer un moment avec moi mais qu’il devait souper avec des amis, et est-ce que je serais là plus tard?
Pantoute, mon homme. Matante s’en va se coucher. Toute seule.

Mais c’est quand même bon pour l’ego d’une femme. Québécois, prenez des notes.

Demain, visite de la ville avec une chargée des relations de presse de l’office du tourisme. Pas moyen d’être tranquille…

2 réflexions sur “Savoir-vivre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s