Cinq degrés de séparation

Hier, au lieu d’aller escalader le Pacaya, je me suis bornée à grimper au Cerro de la Cruz (la colline de la Croix), qui domine Antigua et d’où, par temps clair, on a une vue spectaculaire sur l’Agua, un autre volcan. Malheureusement, la brume voilait tout le paysage, mais bon, on a quand même profité du temps doux et contemplé les toits de la ville.

J’étais en compagnie de Karine, une jeune Française rencontrée par l’entremise d’un couple dont j’avais fait la connaissance par hasard dans un café. Nous n’allons pas à la même école, et Karine habite un peu à l’extérieur d’Antigua, à San Felipe. Anna Maria, la maman de la famille où elle loge, avait gentiment offert de l’accompagner au sommet, et je me suis jointe à elles à la dernière minute, après avoir croisé Karine qui sortait de son cours.

On se donne rendez-vous à 15 h, Anna Maria est là, on se présente, mucho gusto et tout. Elle me demande où j’habite; je lui réponds: « Au coin de la 7e Rue et de la 7e Avenue.
— Ah, elle dit. Ça ne me dit rien.
— Estoy en la casa de Karla y José », je réponds.

Moment de silence stupéfait.

« Mais c’est mon frère!!! » s’est exclamée Anna Maria.

Que pequeño mondo, non?

Une réflexion sur “Cinq degrés de séparation

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s