Rage au volant

Croyez-le ou non, hier, en arrivant dans la belle et paisible ville de Québec, j’ai été l’innocente victime d’une crise de rage au volant.
Lorsque j’ai garé ma petite nauto devant l’hôtel, j’ai légèrement touché le parechoc du gros VUS noir qui se trouvait derrière moi. Le type à l’intérieur s’est mis à klaxonner comme un malade.
J’ai terminé ma manœuvre de stationnement et je suis sortie, l’air un peu contrit comme il se doit, prête à demander pardon avec mon plus joli sourire désolé. Bien en vain: l’autre, qui était en train de chercher compulsivement des dommages inexistants sur sa précieuse bagnole, a commencé à m’engueuler comme du poisson pourri. «Hé, ho, monsieur, je lui ai dit, je suis désolée, mais on se calme, vous voyez bien que votre voiture n’a rien!
– Ouais, ben on fait attention, tabarnak, crie-t-il, les yeux sortis de la tête, l’air prêt à mordre. Pis c’est même pas un stationnement, icitte!
– Non, en effet, mais c’est un débarcadère d’hôtel, voyez (je lui montre le panneau de signalisation), et je suis précisément en train de débarquer à l’hôtel.
– @#$%@**!!!!!
– Bon, je vous ai dit que j’étais désolée et votre voiture n’a RIEN. Revenez-en.»
Je suis entrée dans l’hôtel avec mon amie Manon, qui m’accompagnait. Quand nous en sommes ressorties, un bon quart d’heure après, le type non seulement était encore là, mais il avait avancé sa bagnole tout contre la mienne, de sorte que je ne pouvais pratiquement plus sortir de ma place de stationnement.
Je m’approche, je cogne à sa vitre, il m’ignore. J’ouvre sa portière, il la tire violemment vers lui en hurlant.
«Bon, mon coco, que je me dis, tant pis pour toi, moi, faut que je sorte d’ici.» Je me mets à manœuvrer – avance, recule, avance, recule… Forcément, j’ai dû toucher à son précieux char d’assaut deux ou trois fois pour réussir à m’extirper de là. Pas le choix.
Pendant ce temps, il klaxonnait sans discontinuer comme un enragé, à tel point que le monsieur de l’hôtel est venu voir ce qui se passait. Je ne sais pas ce qu’il lui a dit, mais bref, alors que nous nous dirigions vers le stationnement, à quelques rues de là, le cuistre s’est mis à nous suivre! Et de très, très près! Misère…
J’avais la main sur mon téléphone, prête à appeler la police, quand il a finalement continué tout droit alors que nous tournions.
Je ne suis pas allée voir ma voiture depuis, mais va savoir: il a peut-être pris un chemin détourné pour aller démolir ma petite nauto à coups de barre de fer ou lacérer mes pneus.

Une réflexion sur “Rage au volant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s