Le journal de Sissi (17)

Oh well, comme disaient mes chums du West Island. The shit is hitting the fan.

Ça veut dire que la marde est en train de pogner. Ou que ça commence à aller vraiment mal. (J’suis en train de m’internationaliser.)

Aujourd’hui, elle est partie genre à 11 h sans me dire où elle allait ni quand elle rentrerait. Bon, à la limite, c’est son droit, pis même si elle me disait où elle va, c’est pas comme si j’avais envie d’y aller ni qu’elle avait l’intention de m’emmener (merci le dieu des chats).

En tout cas. Comme la tatie est une traîneuse de calibre olympique (ça, ça veut dire qu’elle laisse tout traîner, genre que sa maison est un bordel permanent), j’me suis prise d’affection pour un petit tapon de laine qui sentait bon, abandonné sur le canapé.

Ça fait que, quand elle est rentrée, j’avais pas fini de tripper, elle m’a interrompue dans mon histoire avec ce que j’ai appris qui était un cardigan de mérinos (heille, on se torche pas avec des pelures d’oignon, icitte!), pis j’ai pas pu m’empêcher de continuer une fois qu’elle a enfin eu arrêté de s’agiter.

Donc, quand elle a fini par poser son cul sur le divan, y était trop tard, je voulais pu bouger, pis c’est là que tout a chié.

Elle a profité de ma vulnérabilité pour me faire plein de caresses sous le menton et derrière les oreilles, ça m’a rappelé quand j’étais petite pis que ma mère me faisait ça à la sauvette pis que j’en avais jamais assez.

J’ai craqué, qu’ess tu veux que j’te dise?

Là, j’vais me coucher, mais j’ai quand même une inquiétude pis j’sais pas si j’vais dormir. La tatie a dit aujourd’hui le mot «vétérinaire», pis elle a sorti le petit nid dans lequel elle m’avait mise pour m’emmener ici. Je crains le pire.

3 réflexions sur “Le journal de Sissi (17)

  1. Que projettes tu donc pour notre Sissy bien craintive? Une Valium cachée dans sa bouffe peut être? Bonne nuit et merci pour cette petite histoire que j’attendais.😊

    Envoyé à partir de Yahoo Courriel sur Android

    J'aime

  2. J’écoute parler ma ptite bourgeoise
    J’ai l’air d’une chatte, j’ai l’air de rien
    Que c’est qu’a dis à mon sujet

    Ça parle de griffes, ça parle de couilles
    Ça m’dresse le poil, ça m’fout la trouille
    C’est quoi ça un vétérinaire

    (adaptation de Dédé Fortin, Belzébuth)

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s