Le journal de Sissi (8)

Salut.

J’sais pas ce qui est arrivé dans sa tête à matin, à la tatie, mais v’là-t-y pas qu’elle a décidé qu’y fallait que j’aille dans le grand dehors aujourd’hui même.

À la base, j’ai rien contre: ouvre-la, ta porte, pis j’vais la prendre, hahaha!

Mais ç’aurait été trop simple. Bin non. Fallait qu’elle me mette un harnais, toi! Un harnais!? Pourquoi pas une laisse, tant qu’à y être?

Oh boy, j’écris ça pis j’réalise que c’est certainement ce qu’elle avait en tête: une laisse, crisse! Comme les chiens! Voyons donc! Tu m’as pas regardée!? À quoi ça sert de me donner le nom d’une impératrice si c’est pour me traiter comme une moins que rien?

Ça fait qu’elle m’a prise en traître pis elle m’a mis c’te patente-là, ben qu’trop serrée, pendant que je me débattais comme une diablesse. J’ai eu le temps de lui faire une couple de bonnes grafignes sur les mains avant d’aller me réfugier de nouveau sous le canapé.

Je peux pas dire que j’m’ennuyais de ce trou-là, non, parce que, question poussière, depuis une semaine, mettons que ça s’est pas amélioré. Pis y a rien à faire, là-dessous. Bref, j’aurais aimé mieux pas.

Mais avec ce qu’elle venait de me faire, j’avais pas le choix. Heille! Surtout pas après la journée d’hier, où on avait été bonnes copines — même que je lui avais un peu ronronné dans les oreilles sur le divan, cibole!

J’sais vraiment pas à quoi elle a pensé.

Elle non plus, sans doute, parce qu’elle s’est complètement ridiculisée, après, en essayant de m’amadouer avec des croquettes, pis avec Ratatouille (qui a déjà perdu quelques plumes), pis avec des supercroquettes. Mouahahahaha! Pour qui tu me prends, Chose?

J’ai consenti à la laisser me toucher après des excuses en bonne et due forme, et seulement quand elle m’a promis-juré-craché qu’elle m’enlèverait ce foutu machin, qu’elle avait eu le mauvais goût de choisir mauve, par-dessus le marché! Mauve! Ça me décourage.

En tout cas.

Elle me l’a enlevé, c’est tout ce qui compte. J’ai boudé encore un boutte, parce que c’est moi l’impératrice pis qu’y faut qu’elle s’en souvienne.

Donc c’est pas aujourd’hui que j’irai dehors, apparemment. Mais j’m’en fous. Si c’est pour y aller en laisse, j’aime autant rester en dedans. J’ai ma fierté.

La fenêtre est grande ouverte, la vue est belle, pis si l’autre peut me sacrer patience, toute va ben aller. En attendant, c’est retour à la case départ pour elle. J’la laisse pu approcher. Ou alors ça va lui coûter cher de croquettes.

Elle sait pas que j’suis plus patiente qu’elle, hahaha!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s