Le journal de Sissi (14)

C’est pas pour me vanter, mais je suis en train de rendre la tatie complètement accro à ma délicieuse personne.

Elle fait tout c’que j’veux, hahahahaha!

Mais le plus important, c’est que MOI, Sissi impératrice de Rosemont, je fasse exactement tout ce que JE veux. Hier, je l’ai comblée de câlins et de ronrons. Je lui ai même donné quelques bisous avec mon irrésistible petit nez de satin rose.

Aujourd’hui? RIEN!

Bon, oui, OK, je me suis un peu roulée par terre pour lui montrer ma belle petite bedaine blanche, mais PAS TOUCHE!

Mes chums de ruelle m’ont appris que c’est comme ça qu’on se fait une clientèle.

Pis d’abord, c’est un juste retour des choses parce que la tatie arrête pas de me priver de Ratatouille. Elle joue 15 minutes ici et là, pis elle m’abandonne. Ça fait que quand j’dis qu’elle fait tout ce que je veux, c’est pas encore tout à fait vrai. Mais elle perd rien pour attendre. Elle a pas le droit de me faire ça! J’veux dire, si elle joue pas avec moi à Ratatouille, c’est moins l’fun. Pis j’ai le droit d’avoir du fun après tout ce que j’ai vécu, pis elle m’a toujours ben pas adoptée pour m’abandonner, sacrament!

OK, j’sais que j’dis beaucoup de gros mots, la tatie arrête pas de me reprendre en me répétant que si je veux devenir une vedette internationale, faut que je soigne mon langage pis toute.

Blablabla…

Mais well, devenir internationale, quand même, pour une chatte de ruelle… Ça serait une consécration! J’gagnerais peut-être des prix, on sait pas.

En tout cas.

Pour changer de sujet, j’veux juste te dire que, hier soir, la tatie a laissé ouverte la mince petite grille qui me sépare du grand dehors. Pas longtemps, pis sans doute par accident, mais heille. J’peux-tu te dire que j’en ai profité? J’ai juste eu le temps d’explorer un peu le territoire immédiat et de humer l’air. Ça sentait toutes sortes d’affaires, j’aurais perdu la tête si la tatie m’avait pas rappelée. J’suis rentrée vite vite parce que, au fond, j’aime pas trop l’insécurité, tsé.

Même si la tatie m’énarve souvent, j’dois reconnaître qu’elle me veut pas de mal. Elle me nourrit, elle recueille mes cacas et mes pipis comme si c’était de l’or, pis elle me gratte doucement le menton quand je la laisse faire (et oooohhh, mon doux que c’est dououououx!).

Ça fait que j’sais pu trop où j’en suis, pour te dire la vérité.

Là, j’sens qu’elle est sur le point d’aller se coucher, pis moi aussi. Reste à savoir si j’vais la rejoindre ou pas.

HAHAHAHA! Tu penses vraiment que j’suis rendue là? Voyons! Pour qui tu me prends?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s