L’art de la fugue

Hello.

Je prends le temps de t’écrire même si j’suis complètement à boutte, épuisée, fatikée-morte.

Aujourd’hui, la tatie a fait ce qu’elle appelle du «ménage». Essentiellement, d’habitude, ça veut dire qu’elle s’agite dans toutes les pièces avec une estie de machine à roulettes qui fait un bruit d’enfer, et puis elle met plein de vêtements et de linge dans une autre machine dotée d’une petite fenêtre ronde où on peut les voir tourner et brasser, et caetera. Bref, elle s’agite.

Aujourd’hui, elle a fait beaucoup moins de choses, supposément parce qu’elle a toujours terriblement mal à son épaule. Donc, à un moment donné, elle s’est reposée sur son lit pour lire un peu. Mais oh! Ah! Elle avait entrouvert la porte-fenêtre de sa chambre (toujours aussi ridiculement rose) pour aérer. Pas la première fois qu’elle fait ça, mais j’avais jamais pu y glisser plus que mon nez pour humer toutes les odeurs démentes qui montent jusqu’ici.
J’sais pas ce qui s’est passé (ou pas) dans son petit cerveau d’humaine, mais aujourd’hui, elle a ouvert ça juste assez pour que j’y passe mon magnifique petit corps de liane.

Elle n’a rien vu.

Je suis sortie, j’ai parcouru le balcon, aucun danger à l’horizon.

J’ai descendu l’escalier pas à pas, en tout anonymat. Un autre balcon, toujours rien, j’ai poursuivi jusqu’en bas.

Et là! LÀ! J’me suis retrouvée dans un endroit de fou, débile, vaste, avec de l’herbe partout, des parfums qui venaient de partout, des sons inconnus…. et j’ai capoté complètement. J’avoue, j’ai eu un peu peur. Je marchais style commando, ventre au sol, toutes moustaches déployées, les oreilles tellement pointues que j’savais même pas que ça se pouvait. Heureusement, y avait plein de cachettes pour me mettre à couvert et analyser le terrain en attendant de poursuivre ma progression.

Pis là, au bout d’un certain temps (je sais pas combien de temps! J’t’ai déjà dit que j’suis pas bonne pour mesurer le temps, arrête de me tanner avec ça!) bref, au bout d’un moment, la tatie est sortie sur le balcon. Elle s’est mise à m’appeler par mon nom (auquel je mets un point d’honneur à ne pas répondre). Moi, je restais bien cachée, j’avais peur de me faire chicaner, tu penses bien!

C’est là que je me suis fait trahir. Une madame qui lisait dehors m’a dénoncée: «Une belle petite chatte tigrée, là? Avec des pattes blanches? Je l’ai vue passer, elle allait par là! Mon doux, si j’avais su!» Quoi, madame, si t’avais su? Tu penses que t’aurais pu m’approcher? Elle est bonne, celle-là!

En tout cas, à force de beugler mon nom, la tatie a ameuté tout l’immeuble. Crisse! Elle a descendu l’escalier en agitant sa boîte de super-croquettes (j’les aime même pas tant que ça, ses maudites croquettes), elle avait même sorti Ratatouille dans l’espoir de m’amadouer. Pauv’tite Ratatouille! Elle a dû geler! Pis moi, dans tout ça, j’avais l’air de quoi, hein?

Je dois dire que, rendue là, j’avais réalisé mon erreur. Le Grand Dehors, finalement, c’est pas si l’fun que ça. Y fait frette. Les cachettes sont sombres, souvent ça sent pas super bon. Y a des gros chats que j’connais pas pis que j’ai pas envie de connaître.

Ça fait que, après avoir changé d’abri en chatimini une couple de fois, j’me suis finalement roulée en petite boule derrière une poubelle tout en laissant stratégiquement dépasser juste un micro-bout de mon admirable postérieur. Quand la tatie m’a eu trouvée, j’ai émis quelques miaulements de détresse, pour l’attendrir. Et là, VLAN! Elle s’est saisie de moi presque aussi vite que quand je capture Ratatouille. J’ai été impressionnée.

J’me suis quand même débattue comme la diablesse que je peux être, j’ai miaulé comme une désespérée pour qu’on appelle la SPCA, les pompiers, la police, la DPJ, que sais-je. Mais au fond, si j’avais vraiment voulu lui échapper, je lui aurais arraché les bras. Je te dis ça à toi, répète jamais ça à personne.

Bref, je suis de nouveau dans ma belle maison, pis va pas t’imaginer que j’vais être plus fine que d’habitude avec la tatie.

J’ai ma fierté.

Mais là, franchement, j’suis vraiment à boutte de toute, pis la tatie aussi. On dirait que le stress a aggravé sa douleur à l’épaule. Pour un peu, je la plaindrais.

C’est lourd

C’est ce qu’elle me dit souvent, quand je la harcèle pour jouer (et je suis championne toutes catégories pour ça), ou quand je m’enfuis devant ses tentatives de caresses après que je me suis roulée par terre comme une estie de dépendante affective.
Mais c’est lourd? Kessé qui est lourd au juste?
C’est-tu elle qui me fuit quand je veux jouer et qui me tanne pour me toucher?
Ou c’est moi qui veux juste vivre en paix ma vie de chatte: manger, jouer, dormir?
VOYONS!
Amène-la, ta balance, on va ben voir ce qui est le plus lourd. Mais j’suis p’tite, pis je suis l’impératrice, fait que c’est moi qui gagne anyway.
En tout cas. Ce soir, on a quand même eu un rare moment d’harmonie. Je sais pas ce qui s’est passé, mais j’me suis blottie en p’tite boule tout près d’elle, et je l’ai laissée me caresser le menton, le dessus de la tête, les joues et même les pattes, et j’ai ronronné comme quand j’étais vraiment p’tite et que ma mère me léchait partout pour me réconforter.
Je veux pas faire trop de liens, mais j’ai cru voir la tatie mettre des gouttes sur notre couverture préférée (quand c’est pas elle qui y est, c’est moi, mais jamais les deux ensemble, j’ai ma fierté). Ça s’est soudain mis à sentir le bonheur. Le souvenir de ma mère et de mes p’tits frères m’est revenu… J’étais vraiment petite dans ce temps-là, pis j’ai été abandonnée vraiment trop tôt, mais c’est le genre de chose qu’on n’oublie jamais.
Bref, j’ai pas pu me retenir.
Pis je dois te dire que, en fin de compte, c’était pas mal le fun. J’en ai profité à plein.
J’suis en train de la mettre à ma main, hahaha!

Y en aura pas de facile

Je sais que j’ai rien écrit depuis longtemps, pis c’est pas faute de vouloir. J’ai plein de choses à raconter. Sauf que, depuis quelque temps, la tatie me dit souvent qu’a «file un mauvais coton». Je sais pas exactement ce que ça signifie, mais j’peux voir qu’est à boutte.

Dès qu’a lève le bras pour jouer avec moi, a sacre: «AYOYE, CRISSE!» (Dire qu’a me demande d’améliorer mon vocabulaire, estie!)

Y paraît que la madame a mal à l’épaule.

Ça fait qu’on a encore beaucoup de chemin à faire avant de devenir vraiment amies parce que, pendant ce temps-là, moi, j’ai mal à ma Ratatouille.

OK, j’ai du bon manger (mais pas à volonté, contrairement à ce que je t’ai déjà raconté), pis la tatie continue de recueillir religieusement mes cacas et mes pipis (cré-moé ou pas, elle fait ça avant même de prendre son estie de café, alors que moi, j’veux juste jouer! Youhou? Les priorités?)

J’ai des spots de fou pour observer les oiseaux, j’ai des jouets en masse pis toute. En principe, j’ai pas à me plaindre.

Mais j’aime trop Ratatouille.
Pis Ratatouille, sans la tatie, c’est pas pareil.

Ça fait que je harcèle la tatie sans répit dès son lever, et je fuis toutes ses tentatives de caresse jusqu’à la fin du jour, et là, au moment où j’en peux pu moi-même, je deviens la plus câline des minettes. Elle fond, elle me grattouille le menton, je ronronne à mort, elle pense que ça y est, pis BAM! Je la laisse là comme une vieille guenille. Je t’ai déjà expliqué que c’est la méthode des pushers, non?

Ça s’appelle du conditionnement, pis cré-moé, j’sais comment ça marche.
Elle m’aura pas avec ses friandises. I KNOW BETTER, hahahaha!

Un jour, j’aurai mon propre blogue (mon journal, chapitre 27)

Je l’achale, je la tanne, je la harcèle, elle va finir par comprendre. JE SUIS UNE PERSONNALITÉ! Je veux mon propre blogue!

Par-dessus le marché, c’est elle qui a dit que je deviendrais certainement une vedette internationale, ça fait que HEILLE! GROUILLE! Me semble que c’est pas trop demander?

Mais bon, c’est vrai que la tatie est un peu lente. Je l’ai vue ramer aujourd’hui avec son estie de machin devant lequel elle passe le plus clair de son temps. Elle essayait, d’après ce que j’ai compris, de communiquer avec deux autres taties qui avaient un accent vraiment bizarre. Elle a fini par y arriver, pis là, elle a passé une heure et demie à jaser avec ces deux madames-là.

Tout ce temps-là, moi, j’attendais comme une bonne.

Elle a voulu prendre une photo de moi pour leur montrer comment je suis irrésistible. Hahaha! Bonne chance! Elle a pas réussi, t’imagines bien.

Après, quand elle a eu enfin fini cette interminable conversation, elle s’est préparé une friture de petits poissons qui sentaient le ciel. Mais tu croiras pas ça: elle a osé ne m’offrir que les têtes et les tripes des petits poissons. VOYONS! Si je les mange pas, elle fait quoi avec? Elle les crisse aux poubelles! Est-ce que j’ai l’air d’une poubelle?

J’ai levé le nez là-dessus, comme il se doit.

Elle a pas fini de m’entendre.

En tout cas.

Au moins, aujourd’hui, elle a beaucoup joué avec moi, même si c’est jamais assez à mon goût. On va finir par se faire une vie, mais estie que c’est de l’ouvrage. J’arrête pas d’essayer de l’éduquer. J’pensais que, après avoir sevré mes quatre petits crisses de chenapans, j’aurais enfin la paix, mais on dirait que ça finit jamais.

Y en aura pas de facile.

Pis oui, je dis beaucoup de gros mots, mais c’est sa faute: a tient pas ses promesses. Fait que j’vois vraiment pas pourquoi j’me censurerais.

En tout cas. J’vais me coucher, pis j’peux te garantir qu’elle sera debout à 5-6h demain matin pour me donner des croquettes.

D’ailleurs, ça, c’est un autre contentieux (ben oui, CONTENTIEUX, j’t’ai déjà dit que j’ai des lettres! Cherche dans le dictionnaire!).

Elle prétend que j’vais devenir grosse si elle m’en donne plus. Aujourd’hui, elle a réussi à s’emparer de moi pour me peser. Je pèse apparemment tout juste 5 livres. Soit 2,68 kg. Elle dit que, selon les indications du sac de croquettes, elle peut pas m’en donner plus de 50g par jour.

Estie que c’est cheap.




J’ai vu un gros minet!

(Le journal de Sissi, chapitre 26)

Cher journal,

Aujourd’hui, j’ai eu un choc.

Je regardais dehors, tranquille, comme je fais souvent, par la porte-fenêtre de la chambre ridiculement rose de la tatie. Un oiseau ici ou là, une feuille qui s’envole, same old same, rien pour m’exciter le poil du dos.

Pis là… LÀ! J’ai vu arriver sur NOTRE balcon une énorme bête au pelage blanc beaucoup trop long parsemé de grandes taches noires posées n’importe comment, avec un nez noir assez vulgaire. Elle s’est avancée comme une rombière très sûre de son bon droit et… et… (tu croiras pas ça) ELLE A PISSÉ SUR LE POT DE FLEURS! Drette de même, un long jet parfaitement horizontal, en me regardant en pleine face! 

Tabarnak!

C’est clair qu’elle voulait m’intimider. J’étais gueule bée. La tatie était là, elle a tout vu, on était scandalisées toutes les deux.

Mais j’ai des petites nouvelles pour elle, la grosse Pongo (c’est la tatie qui m’a dit son nom, tu parles d’un nom pour une fille, d’abord!). La tatie, elle a dit qu’on n’allait pas se laisser faire oh que non et qu’elle allait me protéger. HA!

Sa stratégie: rentrer les pots de fleurs. 

Bon, OK, comme mesure coercitive ou même dissuasive, j’trouve ça un peu faible. Perso, je lui aurais tendu un piège, à la Pongo, un véritable guet-apens, genre que la prochaine fois elle se prend un seau d’eau sur la tête. Mais bon, apparence que c’est un peu compliqué de faire le guet tout le temps pour y arriver pis que l’humaine de la grosse Pongo serait pas contente. Là, j’dois dire, la tatie a un peu raison. 

En tout cas, je comprends mieux l’odeur qui m’avait tant affolée la première fois que j’ai pointé mon élégant petit nez rose dans le grand dehors de mon empire. C’était celle de c’te grosse crisse-là. Mettons que ça m’excite pas mal moins.

À c’t’heure que j’sais qui c’est, j’pense pas qu’on puisse devenir amies. La tatie m’a dit que c’était une redoutable chasseuse (c’est très vulgaire, ça, chasser comme une vagabonde quand t’as une bonne maison), pis je la trouve vraiment baveuse, le genre à t’attendre dans la ruelle à quatre heures pour te crisser une volée. C’est sûr que je fais pas le poids, mais de toute façon, les bagarres, c’est vraiment le comble de la vulgarité, franchement. Pis elle a décidément mauvais genre avec son estie de nez tout noir au milieu de sa grosse face blanche. J’lui ferais jamais confiance.

Ça fait que j’pense que j’vais attendre encore un peu avant d’explorer le reste de mon domaine. 

À part ça, je veux te dire qu’on est en train de devenir bonnes copines, la tatie et moi. Elle m’achète plein de jouets, elle passe beaucoup de temps avec moi, elle me donne des croquettes une à une en me disant plein de choses gentilles, pis on rit vraiment comme des folles avec notre nouveau jeu, regarde ça:

Mais parmi tous les jouets qu’elle m’a achetés ou bricolés (à part ma Ratatouille d’amour, que rien ni personne ne remplacera jamais même si elle n’a plus aucune plume et qu’elle est de plus en plus couettée), voici un de mes préférés:

Ça fait que c’est ça qui est ça. Là, j’ai vraiment eu une grosse journée, je vais me rouler en petite boule sur mon coin de canapé favori et je vais peut-être accepter que la tatie vienne se poser pas trop loin de moi (mais pas trop proche non plus, j’ai ma fierté).

P.-S. : La tatie voudrait me censurer parce que je traite la Pongo de grosse pis y paraît que ça se fait pas. Crisse, elle est trois, peut-être même quatre fois plus grosse que moi! Pis elle est méchante! Pis si t’as regardé la dernière vidéo, tu as vu que la tatie est mal placée pour me réprimander: c’est qui qui dit que j’ai une grosse bedaine, HEIN? En plus, c’est même pas vrai! J’AI PAS DE BEDAINE!

J’peux pas croire… (Oui oui, mon journal, numéro 25)

Ça fait un mois que j’suis ici, pis elle conteste encore ma suprématie. VOYONS! Si j’veux jouer, TU JOUES!

Si je juge qu’il est temps que tu recueilles mes cacas et mes pipis, JUST DO IT!

Je vais finir avec une extinction de voix à force de lui expliquer la vie. Je lui parle sans cesse, je miaule, je roucoule, je vocalise de toutes les façons possibles, je la talonne (littéralement, hahaha! Il m’arrive même de lui attraper les jambes, mais j’fais ça tout en douceur, tsébin, avec pas de griffes, vu que je suis parfaite).

Elle est OBLIGÉE de jouer à Ratatouille avec moi. Sinon, watch out!

J’vois bien qu’elle a une petite fatigue. Elle me dit souvent que je dois apprendre à jouer toute seule. CRISSE! Jouer toute seule. Voyons? À quoi ça sert? Qui a envie de faire ça?

En tout cas, tant qu’elle m’aura pas donné exactement TOUT ce que je veux, j’irai pas lui ronronner dans le cou, non messieurs-dames, pantoute. C’est tout juste si j’lui permets de me gratter doucement (DOUCEMENT) le menton et le dessus de la tête, après une dure journée d’apprentissage (les humains appellent ça le renforcement positif, ça veut dire que tu récompenses les bons comportements, hahahahaha! J’peux-tu te dire qu’ils ont rien inventé?)

Bref, quand elle fait c’que j’veux, j’lui donne une récompense.

L’impératrice icitte, c’est moi.

Le journal de Sissi (23)

Je trouve que la tatie se casse pas trop le bécik pour faire de moi une vedette internationale (le lien qui précède, c’est pour mes admirateurs étrangers qui savent pas ce que ça veut dire, se casser le bécik, ou le bicycle).

J’veux dire: c’est quoi, ces titres de marde, «Le journal de Sissi 8, 9, 10…» ? Jusqu’où on se rend comme ça? Elle a pas travaillé dans un grand quotidien, elle? Genre, grassement payée pour trouver des titres inspirants? VOYONS!

La preuve que c’est nul, ce soir, elle a mis «22» alors que c’était «23».

Elle a corrigé, mais bon, c’est trop tard.

À partir de maintenant, j’exige que ça change.

Mieux que ça: je veux mon propre blogue.

Elle a besoin de s’atteler, déjà que je lui fais faire ce que je veux avec mes miaulements, roucoulements et autres vocalises. T’en reviendrais pas, j’ai un registre de fou, je m’étonne moi-même. Je suis en train de la conditionner solide. Elle nettoie ma litière, change mon eau, remplit mon bol de croquettes, joue à Ratatouille, tout ça à volonté. Hahahaha! J’aurais jamais cru que c’était aussi facile d’élever un humain!

En tout cas, elle a pas fini avec moi.

Je continue de la priver de mes câlins, juste pour qu’elle apprenne.

Aujourd’hui, elle a essayé de m’amadouer avec ses fameuses super-croquettes, celles qui sont full-umami. HEILLE! J’me souviens trop bien de celles-là. C’est avec ça qu’elle m’a appâtée pour m’emmener chez le VÉTÉRINAIRE!

Elle me prend vraiment pour une petite sotte. (Mets donc ça dans ton vocabulaire, toi. J’suis petite, mais j’ai des lettres!)

Ça fait que j’en ai accepté une ou deux, pis j’ai couru me cacher sous le canapé. Pas question d’en faire plus. Faut pas me prendre pour une imbécile, Chose.

J’suis petite, mais j’ai de la mémoire.

Là, c’est clair qu’y aura pas de photo ni rien parce qu’elle le mérite pas.

Mais toi, j’t’aime quand même (et elle aussi, franchement, je l’aime, mais j’te dis ça en toute confidentialité, pis farme ta yeule).

Le journal de Sissi (5)

22 septembre 2020

Salut.

Chuis rendue pas mal chill. Y a un super coussin dans la chambre de la tatie, j’ai découvert ça à matin, en plein soleil toute la matinée, wow.

Mais j’sais pas ce qu’elle a, la tatie, à sortir et rentrer d’même plusieurs fois par jour, a m’énaaaarve! Chaque fois qu’elle rentre, c’est « Allô ma Sissi! Bonjour ma belle Sissi! Ça va? Viens me voir, viens, viens donc!»

Pffff. Faut ben que j’y aille. Y a toute l’affaire des croquettes, tsé.

Fait que j’me lève, je m’étire des quatre membres un par un, puis deux par deux, puis encore un peu chacun, et encore un petit coup le derrière en l’air et les pattes avant bien allongées, pour étirer aussi la colonne vertébrale (quand j’pense que les humains croient avoir inventé le yoga, hahahaha!), pis je bâille pour montrer toutes mes magnifiques dents de carnivore (au cas où elle essaierait de me passer de la scrap) et aussi pour qu’elle voie mes gencives parfaitement roses. J’ai vu qu’elle aime le rose. C’est dur à manquer: sa chambre est ridiculement rose. J’comprends pas pourquoi quelqu’un fait des affaires de même, mébon.

Bref, aujourd’hui, elle est sortie, pis elle est revenue chépas combien de temps après avec plein de sacs remplis d’affaires qui sentaient toutes sortes de choses bizarres. Même ses mains avaient de drôles d’odeurs. Pis là, elle a passé chépas combien de temps non plus (écoute, ch’pas bonne pour mesurer le temps, on peut pas tout avoir), elle a passé plein de temps à laver des trucs pis à les couper pis à les faire sentir encore plus bizarre (non, ma gang d’incompétents, le mot «bizarre» prend pas de «s» ici parce qu’y est utilisé comme adverbe).

En tout cas. Elle a dit un mot que j’avais jamais entendu avant: ratatouille. RATATOUILLE! Hahaha! J’arrête pas de répéter ratatouilleratatouilleratatouille.

J’pense que j’viens de trouver un nom à ma souris rose à plumes et à gros nez.

En même temps, la Ratatouille, elle commence à être pas mal couettée, j’devrais p’t’êt’ pas trop m’attacher. J’sens que son temps achève.

En tout cas.

Là, la tatie est enfin tranquille, y a des parfums que j’connaissais pas dans la maison, ch’pas certaine d’aimer ça, fait que j’me suis retirée dans sa (bientôt ma) chambre.

D’ailleurs, j’ai fait une petite incursion sur son lit à matin, wow. Elle a pas le droit de garder ça pour elle. Quand je serai plus sûre de mon affaire, hahaha! Watch out.

PS: J’ai pas de photos à te mettre parce que j’hayis ça, les photos. J’ai le droit de garder mon intimité et mes renseignements personnels. Fait que quand la tatie approche avec son estie de machin avec lequel elle passe plus de temps qu’avec moi, ben j’me pousse. Ça lui apprendra.

PPS: (oui, j’ai le droit d’écrire des post-post-scriptum): J’viens de faire ma patrouille, tout a l’air normal dans’ cabane. M’en vas m’coucher.

Immobile, ou le journal d’une confinée (qui n’est pas celle que vous croyez)

Trop longtemps que ce blogue est en dormance.
On devine bien que, depuis le début de cette maudite pandémie, la femme «toujours un peu partie» a rangé valise et passeport au cimetière des objets désormais inutiles.
J’ai dû trouver d’autres façons d’occuper mon cerveau que la perspective d’un voyage prochain.
J’ai boulangé et cuisiné plus que jamais. Je me suis mise à faire des puzzles de 1000 morceaux qui n’étaient jamais assez compliqués pour moi.


Parallèlement à ça, j’observais la courbe ascendante du nombre de cas de COVID avec une anxiété proportionnelle.
Je me suis scandalisée de l’incurie et de l’incompétence de nos gouvernements, j’ai pesté contre les sceptiques, pleuré des morts que je ne connaissais pas.
Je l’avoue, je lis la nécrologie quotidiennement depuis des années (ne me demandez pas pourquoi), et j’étais effarée par le nombre de morts qui s’ajoutait chaque jour. Toutes ces vieilles personnes qui ont pratiquement bâti le Québec, et qui sont parties seules, sans soins, sans accompagnement, sans reconnaissance, comme on ne laisse même pas mourir nos chiens…
À l’aube de ce qu’on s’accorde à désigner comme la deuxième vague de contagion, je m’apprête à me retirer dans mes quartiers après la trop brève accalmie de l’été.

Mais j’ai pris quelques précautions. Notamment, ma délicieuse amie Catherine m’a prêté un appareil de luminothérapie, juste au cas.

Et moi qui m’étais juré, à la mort de mon vieux Filou, que je n’aurais plus jamais de chat, je viens d’adopter une adorable petite minette, fine et élégante comme une liane, un peu sauvageonne parce qu’elle a été recueillie errante et grosse de quatre chatons. Je l’ai baptisée Sissi, comme l’impératrice.

Elle était peut-être sans abri, mais elle a des lettres, ma Sissi. Elle écrit son journal.
Je ne devrais pas le lire, mais elle ne laisse traîner partout. Je suppose que c’est une sorte d’acte manqué, une façon qu’elle a trouvée de me faire comprendre ce qui se passe dans sa tête sans avoir à en parler.
Je pense aussi qu’elle a des velléités de publication. C’est pourquoi je me permets de réaliser son voeu, elle me remerciera plus tard. Quand je pense que j’avais envisagé de l’appeler Colette, en hommage à mon écrivaine préférée! Je serais donc un peu son Willy? Il n’y a pas de hasard, comme on dit.

En tout cas.

Voici donc le premier épisode de ce journal. Je vous avertis, c’est un peu le langage de la rue, elle a un style et un vocabulaire qui demanderont à être raffinés (ou pas: à titre d’éditrice, je pense pouvoir dire avec certitude que Sissi est à la littérature féline ce que Michel Tremblay a été au théâtre québécois).

Ouais, j’ai une grafigne sur le nez, j’me suis pognée avec mon plus vieux dans l’autre maison. Le p’tit maudit baveux, y sait pas vivre. Y était temps que je déménage, finalement.


18 septembre 2020
Cher journal,
Aujourd’hui, j’ai passé la journée tapie sous le canapé («tapie sous le canapé», ça sonne, quand même, hein?), en tout cas, cachée en d’sour du divan de l’humaine qui m’a emmenée chez elle sans me demander mon avis. J’ai protesté toute la soirée, hier, mais ç’a rien changé. On dirait ben que chuis pognée icitte.
Fait que là, je boude.
C’est vrai que c’est pas mal plus tranquille ici que dans l’autre maison, où j’avais encore dans les pattes trois de mes quatre petits bandits (qui sont rendus presque aussi gros que moi, à quatre mois! J’en pouvais pu!), en plus d’un chien complètement hyperactif et d’un nombre indéterminé d’ados humains (j’sais pas comment elle fait, la mère, pour endurer ça).
Mais j’hayis ça, déménager. Tsé, quand t’as connu la rue, à un m’ment donné, tu veux juste un peu de stabilité! J’veux dire, si on m’a tirée de là pour me barouetter d’un bord pis d’l’autre, franchement, j’aurais mieux aimé qu’on m’y laisse!
Bon, OK, non, peut-être pas, parce que maintenant, au moins, je mange à ma faim, pis j’sais pas comment j’aurais fait pour mettre au monde mes quatre petits chenapans, sans parler de me nourrir tout en les allaitant.


Mais là! Après cette horrible visite chez ce qu’ils ont appelé «le vétérinaire», et deux semaines de punition avec un genre d’entonnoir autour du cou comme si j’avais fait quelque chose de mal, et une démangeaison au ventre que j’pouvais même pas lécher à cause justement de ce maudit machin qu’ils m’ont mis, je pensais que mon calvaire était fini et que j’aurais enfin la paix.
Pantoute!
Arrive une humaine que je connaissais pas.
Elle m’a mise dans un genre de petite niche rose avec des moustiquaires et un bon coussin tout moelleux, c’était douillet, j’étais contente. Mais après, elle a crissé toute la chibagne dans une machine qui se déplaçait, ça m’a rappelé la fois qu’ils m’ont emmenée chez le vétérinaire, au secours! À la fin, j’étais vraiment tannée, je chialais à m’époumoner. Puis la machine s’est enfin arrêtée, et après encore un peu de barouettage (estie que ch’tannée), l’humaine m’a libérée de ma petite niche.
Le choc! Je savais pas pantoute où j’étais!
Ben j’étais icitte.
Je me suis terrée dans la première cachette que j’ai trouvée.
Elle, la nouvelle humaine, s’approche parfois de ma cachette (c’est vraiment poche que j’en aie pas trouvé une meilleure). Elle me tend des croquettes.
Je boude, mais faut ben manger si j’veux me sauver un jour.
Fait que je m’approche un peu. Pis je mange les croquettes, parfois même dans sa main, pis je m’étire, je lui fais des mines, je ronronne, je fais des prrrrouu, je me frotte la tête contre la structure du canapé… Parce que oui, la madame se roule par terre pour me parler, hahahaha!
Quelle conne.
En tout cas.
Tantôt, pendant que c’était tranquille (je sais pas ce qu’elle est en train de faire, mais elle me crisse enfin patience), je suis sortie explorer un peu mon nouveau royaume (parce que, hein, si j’suis pas la reine icitte, personne le sera).
J’ai trouvé un grattoir pour mes griffes. Il marche bien, c’était l’fun! J’ai aussi découvert un genre de fontaine où de l’eau a l’air de couler en permanence — ça, c’est super cool parce que l’eau des toilettes, franchement, c’est dégueu, pis l’eau croupie dans un bol, c’est pire.
J’pense aussi que j’ai trouvé son lit, hahaha!
Elle a pas fini avec moi.
J’suis petite, mais j’suis futée.